Ma semaine cinéclectique

semaine cineclectique

Ce qui est génial quand on habite Paris et qu’on est fan de cinéma comme moi, c’est qu’il y a toujours un évènement ciné auquel participer : une avant-première, des projections de vieux films, un festival… Cette semaine a été particulièrement riche, je vous raconte.

Ma semaine ciné a commencé tranquillement le dimanche 9 juin. Un peu hangover de ma soirée de la veille et temps pluvieux, combo parfait pour aller voir The Hangover part III ou plutôt Very bad trip 3 comme on dit chez nous.  Je n’attendais pas grand-chose de ce film, juste quelques fous rires… je n’ai pas eu plus. La fine équipe est de retour à Las Vegas une partie du film mais malheureusement, le cœur n’y est plus vraiment, ils ont un peu vieilli… Alors, oui, il y a des passages très drôles, principalement grâce à Alan (Zach Galifianakis) et Leslie Chow (le chinois) mais on rit beaucoup moins que dans le premier. Je ne me souviens plus trop du deuxième mais c’était, il me semble, à peu près du même niveau, drôle mais sans plus. Je ne vous le recommande donc pas spécialement. Maintenant que la trilogie est finie, j’ai hâte de voir Zach Galifianakis dans d’autres rôles, et pourquoi pas autre chose que l’abruti de service qu’il a beaucoup fait jusqu’à présent (dans Moi Député et dans Date Limite).

Lundi 10 juin. Le lundi, c’est le jour des avant-premières. Qu’avons-nous au programme? The Bling Ring, le nouveau film de Sofia Coppola, banco !

the bling ring emma watson

the bling ring

Rendez-vous à l’UGC des Halles à 20h, sans surprise la séance est complète. La salle est bondée d’une jeunesse qui ne louperait sous aucun prétexte le nouveau S. Coppola. Verdict: après un Somewhere que j’avais trouvé franchement rasoir, on passe un bon moment devant The Bling Ring, c’est divertissant, beaucoup plus rythmé, la musique y est pour beaucoup. Le casting est très bon, tous les acteurs sont parfaits et pas seulement Emma Watson.  Pour rappel, le film, inspiré d’une histoire vraie, raconte l’histoire d’un gang de lycéens qui s’infiltre la nuit dans les villas de stars (Paris Hilton entre autres) pour y voler sacs, bijoux et autres accessoires de luxe. A première vue, le sujet paraît léger mais le film met toutefois le doigt sur notre société ultra matérialiste où les ados (et pas uniquement) ne sont attirés que par le bling et le paraître et sont devenus des exhibitionnistes sur les réseaux sociaux. Ça a un côté assez flippant dans le fond…  Pendant le film, j’étais tiraillée entre deux pensées opposées. Tantôt, je me disais, telle une mère de famille « ah, elle est belle la jeunesse, qui ne pense qu’à sortir, boire, et poster des photos sur Facebook, pff ! » et puis à d’autres moments, je voulais juste partir faire la fête avec eux parce que leurs soirées donnaient envie ! En fait, je suis trop vieille pour m’identifier à eux et les trouver cool mais trop jeune pour leur jeter la pierre. Après tout, ça m’arrive encore de faire la fête comme eux, les billets qui volent et les cambriolages de villas en moins…

En conclusion, ce n’est pas un film immanquable mais vous passerez néanmoins un bon moment.

Mardi 11 juin. Cette date est bookée dans mon calendrier depuis plusieurs semaines. Rendez-vous au Grand Palais avec une bande d’amis pour la première édition de Cinéma Paradiso. La Nef du Grand Palais a été transformée en Drive-in. Un écran géant a été installé, jusqu’à 1000 spectateurs par séance peuvent regarder le film, allongés sur des matelas au sol, dans des vrais sièges de cinéma ou dans des Fiat 500 façon drive-in. Dans la nef, quatre espaces ont été créés : cinéma, restauration, jeux et clubbing. Après avoir fait un tour des activités puis un arrêt au dinner pour un burger pour mes amis et une cobb salad pour moi, place au cinéma.

cinema paradiso grand palais

© Anthony Ghnassia / Jerome Domine /Vision by AG ®

Nous avons vu le film The Big Lebowski des frères Coen. Film culte pour beaucoup, je n’avais pas encore eu l’occasion de le voir. Le « Dude » m’a bien fait rire mais j’avoue avoir été plus marquée par l’expérience unique de voir un film dans ce cadre magnifique que par le film en lui-même. L’évènement se poursuit jusqu’au 21 juin, allez-y, c’est chouette.

the big lebowski cinema paradiso

 

Jeudi 13 juin. Je ne vais pas souvent au cinéma le jeudi mais un évènement spécial a fait changer mes habitudes, le Champs Elysées film festival. Deuxième édition de ce festival qui se déroule du 12 au 18 juin dans les cinémas des Champs et des rues adjacentes. Au programme, avant-premières de films français et américains avec la présence des réalisateurs et/ou équipe du film.

grand central rebeccas Zlotowski

 © Les Films Velvet

Parmi les nombreux films proposés, j’ai choisi Grand Central de la jeune réalisatrice Rebecca Zlotowski. Le film, en compétition à Cannes dans la sélection  un certain regard, avait reçu de bonnes critiques. Gary (Tahar Rahim), sans qualification, cherche un travail qui « paye bien » et est embauché en intérim dans une centrale nucléaire. Il sympathise avec ses collègues et fait la connaissance de la fiancée de l’un d’entre eux, Karole (Léa Seydoux). Rapidement, ils deviennent amants mais doivent se voir en cachette de Toni, le futur mari de Karole. La beauté du film réside dans le parallèle qui est fait entre la dose de radioactivité et d’amour que prend chaque jour Gary. Le travail à la centrale est dangereux, un moindre faux pas est sanctionné par une invisible mais néanmoins redoutable dose radioactive. Mais Gary est prêt à mettre sa vie en péril pour rester auprès de Karole et vivre ces quelques moments volés de bonheur avec elle.

J’ai été touchée par ce film, cette histoire d’amour impossible, ses acteurs fantastiques, le couple Tahar Rahim / Léa Seydoux mais aussi Olivier Gourmet et Denis Ménochet, son décor impressionnant de centrale nucléaire. Pardonnez-moi ce jeu de mot facile mais il n’y a pas d’autre expression que bombe atomique pour qualifier Léa Seydoux dans ce film: belle, émouvante et über sexy avec son mini short en jean et son body porté sans soutien-gorge.  Tahar Rahim est excellent aussi. Par ailleurs, comme l’a expliqué la réalisatrice avant la projection du film, Grand Central rend en quelque sorte hommage aux personnes qui « apportent la lumière chez les gens ». Il fait prendre conscience au spectateur de l’extrême dangerosité du travail auprès des réacteurs, qui concerne beaucoup de monde en France, puisqu’une cinquantaine est en activité. Pour rappel, la France est le deuxième producteur d’électricité d’origine nucléaire au monde derrière les États-Unis.

Grand Central est le plus beau film français que j’ai vu cette année. Il sort le 28 août. Je ne peux que vous conseiller de le mettre en haut de votre liste de films à voir à la rentrée. Voir un extrait du film ici.

Dimanche 16 juin. J’ai pour habitude de finir mon dimanche par une séance de cinéma. Je suis avec un ami, nous hésitons entre plusieurs films puis tentons celui qui fait la polémique cette semaine, L’inconnu du lac d’Alain Guiraudie.

l'inconnu du lac

© Les Films du Losange

Polémique qui, je l’avoue, me sidère… Pour ceux qui n’auraient pas suivi, cette jolie illustration colorée de deux hommes s’embrassant qui sert d’affiche au film, a été retiré des panneaux d’affichage sur demande des habitants de Versailles et Saint-Cloud. Pour quelle raison à votre avis ? L’affiche, qui n’est pourtant qu’un dessin, est jugée trop choquante !  Je m’interroge donc sur la réaction que ces personnes peuvent avoir lorsqu’ils croisent dans la rue un vrai couple d’hommes en train de s’embrasser… Le point positif, c’est que cette petite polémique a indirectement fait de la pub au film. C’est d’ailleurs un peu en mini acte militant que j’ai choisi de voir ce film et aussi parce que les Inrocks l’ont décrit comme un « chef d’œuvre ». Le film était aussi en compétition à Cannes dans la sélection Un certain regard et a remporté le prix de la mise en scène.

Vous l’aurez compris, le sujet du film est une histoire d’amour entre deux hommes, qui naît et n’existe qu’aux abords d’un lac. Unique et somptueux décor du film qu’est ce lac du sud de la France. Les corps nus et les scènes de sexe entre hommes se succèdent. Le film est interdit aux moins de 16 ans. Une fois la gêne passée de voir ces scènes inhabituelles, le spectateur est rapidement pris dans l’intrigue. Derrière l’histoire d’amour se cache un meurtre, le film se transforme alors en thriller. L’unité de lieu, le scénario et la mise en scène en font un film singulier qui m’a intéressé. Il est probable que ce film ne plaise pas à tout le monde car il est un peu dérangeant sous plusieurs aspects. Mais ce film, aussi atypique soit-il, nous a tous les deux plu et nous a donné quelques sujets de discussion à la sortie du cinéma.

Ainsi s’achève cette semaine très éclectique, trois blockbusters américains versus deux films d’auteur français. Vous l’aurez compris, mon cœur penche plutôt du côté français. Car c’est bien de cœur dont il s’agit, ce sont ces deux histoires d’amour qui m’ont le plus touchée, je n’y peux rien, je suis une romantique…


Partager



One Response to "Ma semaine cinéclectique"

Add Comment
  1. GAUDRON

    26 juillet 2013 at 14 h 41 min

    Si les 2 films Français « Grand Central » et « L’inconnu du lac » sortent à la Réunion, j’irais sans aucun doute les voir avec grand plaisir.
    C’est beaucoup plus intéressant de lire tes commentaires que les synopsis d’allociné! Et ca donne réellement envie de les voir. Je pense que je ne serais pas déçue, connaissant tes goûts cinématographiques.
    Le cinéma français à un « je ne sais quoi » de différent qui nous réserve souvent de belles surprises.