Mes sublimes richelieus en cuir d’autruche

richelieux autruche 1

Dans mon précédent post, j’évoquais le plaisir grandissant que j’éprouve à fréquenter les friperies. Ce n’est pas encore devenu une habitude mais je tends à y aller de plus en plus souvent, pas vraiment pour acheter, plutôt par curiosité. Et je pense que les meilleurs achats se font lorsqu’on ne cherche rien en particulier, lorsqu’on n’a pas prévu d’acheter et lorsqu’une pièce s’offre à vos  yeux et que vous n’avez d’autre choix que de l’adopter. Oui c’est un peu comme  une adoption, le vêtement est là, à attendre que quelqu’un le remarque et lui offre une seconde voire une troisième vie.

Et elles étaient là, joliment présentées sur un étalage du marché Dauphine aux puces de Saint-Ouen.

Elles ont retenu mon attention car j’ai toujours trouvé très joli le cuir d’autruche. Je les prends en main pour toucher le cuir puis les repose pour continuer mon chemin. Je n’avais pas prévu d’acheter quoique ce soit, j’étais uniquement venue me promener. La vendeuse m’interpelle et m’incite à les essayer en me disant « je ne connais pas la pointure,  c’est une petite taille, jusqu’à présent, aucune femme n’a réussi à les enfiler ». Chaussant du 37 et ayant les pieds fins, je tente le coup. J’avais au passage aperçu le prix très bas qui m’a convaincu de sauter le pas. Et telle une Cendrillon à qui on fait essayer sa pantoufle de vair, je glisse mon pied dedans. La richelieu me va comme un gant… coup de foudre immédiat. La vendeuse a fini de me convaincre en me disant que les richelieus dataient des années 30 et qu’elles avaient probablement été réalisées sur mesure pour sa propriétaire. Le nom et l’adresse du bottier à Paris sont inscrits en doré dans la chaussure cf. la dernière photo de la série.  J’ai vérifié, il n’y a plus de bottier au 7 rue du 29 juillet. Ce qui m’a frappé, c’est l’état des chaussures, de toute évidence, elles n’ont été portées qu’une ou deux fois, elles sont quasiment neuves. Je m’acquitte de la somme de 69€ pour les faire miennes et repart, le sourire aux lèvres, convaincue d’avoir réalisé la meilleure affaire de ma vie. Ce fut mon premier (et meilleur à ce jour) achat vintage.

Un an et demi après cette acquisition, mon amour pour ces richelieus n’a pas diminué. Je dois avouer que je les ai peu portées, de peur de les abîmer et aussi car elles sont tellement étroites qu’elles me compriment les pieds. Je les porte pour les grandes occasions ou en soirée, en priant pour que personne ne renverse un verre de vin rouge dessus.

Je les porte le plus souvent avec un slim comme sur les photos. Dans ce look, je casse le côté classique des chaussures avec du denim en haut, sur la chemise et sur la veste. Au moment de l’achat des chaussures, j’avais déjà en ma possession un sac et une ceinture d’un ton très proche qui s’accordent très bien avec. Autre pièce de friperie dans ce look, devinez lequel ? Ce très joli foulard, aux couleurs assez improbables que j’ai déniché récemment chez Kilo Shop rue de Verrerie pour 5€ !

La chemise, la veste, le pantalon, la ceinture et le collier viennent de chez H&M, le sac, d’un marché au cuir de Florence et les lunettes de soleil de chez Cutler and Gross.

richelieux autruche 2 richelieux autruche 3 richelieux autruche 4 richelieux autruche 5

richelieus autruche

 
Partager



Les commentaires sont fermés