Ne manquez pas Mommy de Xavier Dolan

mommy_xavier_dolan

 

Souvenez-vous, en avril dernier, je vous parlais de Xavier Dolan et de son succès que je prédisais grand. Depuis, il a fait sensation au Festival de Cannes avec son film Mommy qui a remporté le Prix du Jury. Mais il a surtout obtenu un immense succès auprès des critiques qui n’ont pas peur de qualifier le jeune cinéaste de 25 ans de génie ou de prodige. Je vous avais longuement parlé de Mommy à mon retour de Cannes. Ce film m’a procuré un grand nombre d’émotions et m’a filé une vraie claque. Puis je l’ai revu en juillet dans le cadre du Grand Prix Cinéma ELLE où j’ai pu de nouveau l’apprécier dans les moindres détails.

Ces jours-ci, alors que son film sort enfin mercredi, Xavier Dolan est omniprésent dans la presse. Je voulais, via une courte critique du film, vous faire une piqûre de rappel pour que vous n’oubliez surtout pas d’aller voir ce film magnifique, bouleversant et immanquable.

anne_dorval_mommy © Shayne Laverdiere

Après avoir égratigné l’image de la mère dans son premier film, Xavier Dolan l’élève maintenant au rang d’héroïne invincible dans Mommy. Cinq ans après J’ai tué ma mère le réalisateur a muri et s’éloigne de ses rébellions adolescentes pour se consacrer à un sujet beaucoup plus profond et universel, l’amour maternel.

Diane, personnage excentrique et haut en couleurs, vit seule depuis le décès de son mari. Son fils Steve, atteint de TDAH (trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité) est renvoyé du centre spécialisé dans lequel il était placé. La vie de Diane est bouleversée quand Steve revient vivre à la maison. Malgré l’amour qu’elle lui porte, elle a beaucoup de mal à faire face aux crises violentes de son fils. Un certain équilibre semble se créer entre Diane et Steve lorsque Kyla, la voisine d’en face, bègue, leur vient en aide et donne des cours à l’adolescent qui ne peut être scolarisé. Un espoir naît pour ce trio uni qui s’épaule mutuellement.

Mommy montre le combat d’une mère pour le bonheur de son foyer. Quels sacrifices et choix est-elle prête à faire pour le bien-être de son fils ? On retrouve dans le film tout ce qui caractérise le cinéma du jeune canadien, un esthétisme, une musique omniprésente et des personnages complexes et profonds. Dérangeants ou déroutants au premier abord, Diane, Steve et Kyla révèlent ensuite toute leur puissance et deviennent attachants malgré leurs travers. La photographie transfigure ce film éblouissant. Un soleil rasant de fin d’après-midi, une lumière douce et chaude apaise et enveloppe les trois personnages tel un cocon, jusqu’à la prochaine tempête. Le choix atypique d’un cadre carré les place au cœur de l’image en gommant l’arrière-plan. Le spectateur est alors plongé dans leurs émotions et leurs échanges. Incisifs, fleuris, bouleversants, les dialogues déclenchent des fou-rires dans les situations les plus tragiques. Toujours juste et jamais larmoyant, Mommy, emmené par trois acteurs grandioses, provoque un large spectre d’émotions et ne laisse pas indemne.

mommy_xavier_dolan_steve© Shayne Laverdiere


Partager



Les commentaires sont fermés